Chaque administrateur devrait posséder une sauvegarde. Ce principe reste vrai pour tout environnement virtualisé. Indépendamment de l’hyperviseur que vous utilisez (VMware, Hyper-V ou autre), la sauvegarde est reine !

Une des règles intemporelles qui permettent de gérer efficacement n’importe quel scénario de défaillance s’appelle la règle du 3-2-1 de la sauvegarde. Cette approche contribue à répondre à deux questions importantes : combien de fichiers de sauvegarde dois-je conserver et où les stocker ?

La règle du 3-2-1 s’est répandue grâce à Peter Krogh, un photographe célèbre selon lequel il existe deux groupes de personnes : celles qui ont déjà connu une défaillance de stockage et celles qui en connaîtront une dans le futur. Autrement dit, la règle du 3-2-1 de la sauvegarde signifie que vous devez :

  • disposer de trois copies de vos données au moins ;
  • stocker ces copies sur deux supports différents;
  • conserver une copie de la sauvegarde hors site.

3-2-1(1)
Examinons chacun de ces conseils plus en détail.

1. Disposer de trois copies des données au moins

Par « trois copies », je veux dire qu’en plus de vos données principales, vous devez aussi avoir au moins deux sauvegardes. Pourquoi une seule sauvegarde ne suffit-elle pas ? Imaginez que vous conservez vos données d’origine sur le périphérique n° 1 et leur sauvegarde sur le périphérique n° 2. Les deux périphériques présentent les mêmes caractéristiques et leurs pannes sont statistiquement indépendantes (il n’existe aucune cause de panne commune). Par exemple, si le périphérique n° 1 présente une probabilité de panne de 1/100 (et la même chose vaut pour le périphérique n° 2), la probabilité de défaillance des deux périphériques s’élève à

1/100 × 1/100 = 1/10 000

Cela signifie que si vos données principales sont situées sur le périphérique n° 1 et deux sauvegardes sur les périphériques n° 2 et n° 3, et si tous les périphériques présentent la même absence de cause de panne commune, la probabilité de défaillance simultanée des trois périphériques sera de

1/100 × 1/100 × 1/100 = 1/1 000 000

C’est pourquoi posséder plus de copies de vos données signifie que vous courez moins de risque de les perdre en cas de catastrophe. Pour résumer, si vos données sont importantes, assurez-vous d’en réaliser au moins deux copies de sauvegarde.

Remarque : Une autre raison de créer plus de deux copies des données est d’éviter les situations dans lesquelles les données principales et leur sauvegarde sont stockées dans le même emplacement physique.

2. Stocker les copies sur deux supports différents

Dans la section ci-dessus, nous avons supposé qu’il n’existait aucune cause de défaillance commune pour les périphériques sur lesquels vous stockez les copies de vos données. De toute évidence, cette condition ne peut être remplie si vous enregistrez vos données principales et leur sauvegarde sur le même support. (Par exemple, les disques de la même grappe RAID ne sont pas statistiquement indépendants.) De plus, après une panne de disque, il n’est pas inhabituel de faire l’expérience de la défaillance d’un autre disque du même stockage au cours de la même période.

C’est pourquoi la règle du 3-2-1 suggère de conserver les copies de vos données sur au moins deux types de stockage différents tels que des disques durs internes ET des supports amovibles (bandes, disques durs externes, lecteurs USB, cartes SD, CD, DVD ou même disquettes), ou sur deux disques durs internes se trouvant dans deux lieux différents.

3. Conserver une copie de la sauvegarde hors site

La séparation physique des copies est importante. Ce n’est pas vraiment une bonne idée de conserver votre périphérique de stockage externe dans la même salle que votre stockage de production. En cas d’incendie (touchons du bois !), vous pourriez perdre toutes vos données.

Si vous travaillez pour une PME sans bureaux distants ni filiales (ROBO), stocker vos sauvegardes dans le cloud peut aussi constituer une possibilité. Et les bandes externalisées hors site sont encore répandues dans les entreprises de toutes tailles.

La règle du 3-2-1-0 de la sauvegarde

La règle du 3-2-1 reste très générale et fonctionne pour tous les types de données (individuelles et d’entreprise) et tous les types d’environnements (physiques et virtuels).

En sauvegardant vos environnements VMware ou Hyper-V avec Veeam, cette règle devient la « règle du 3-2-1-0 de la sauvegarde » où 0 signifie « 0 erreur » pendant la vérification de cohérence automatique de chaque sauvegarde au moyen de la fonction SureBackup de Veeam.

Veeam Backup & Replication™ peut vous aider à remplir toutes les conditions de la règle du 3-2-1 de la sauvegarde :

  • Disposer de trois copies de vos données au moins : paramétrez vos tâches de sauvegarde pour créer plusieurs sauvegardes de vos VMs VMware ou Hyper-V.
  • Stocker ces copies sur deux supports différents : la solution Veeam reste indépendante du stockage, ce qui signifie qu’elle prend en charge les bandes, les disques, le cloud et plus encore. Vous pouvez stocker vos sauvegardes sur tout support de cette liste.
  • Conserver une copie de la sauvegarde hors site : paramétrez vos tâches de copie des sauvegardes pour un transfert plus rapide des sauvegardes hors site au moyen de l’accélération WAN intégrée ou utilisez Veeam Cloud Connect pour acheminer vos sauvegardes vers l’infrastructure d’un fournisseur de services et d’hébergement.

Appliquez-vous la règle du 3-2-1 de la sauvegarde dans votre environnement ? Comme toujours, vous pouvez formuler vos commentaires ci-dessous ou me contacter sur Google+ ou Spiceworks.

GD Star Rating
loading...
Comment suivre la règle du 3-2-1 de la sauvegarde avec Veeam Backup & Replication, 4.0 out of 5 based on 1 rating
Veeam Availability Suite — Télécharger gratuitement

Maria Levkina
Author: Maria Levkina

Gestionnaire de la communauté Veeam Software, Maria Levkina possède plus de 5 ans d’expérience dans de nombreux domaines de l’informatique, et plus particulièrement dans la virtualisation. Maria s’est largement consacrée à l’étude de la protection des données au cours de ces dernières années et... 

Publié: janvier 21, 2016