Bibliothèque de ressources >
Whitepapers >
Rapport de synthèse sur la sauvegarde de VMware

Rapport de synthèse sur la sauvegarde de VMware

Défis et solutions

Découvrez ce que vous loupez en exploitant des méthodes de sauvegarde classiques au sein de votre environnement virtualisé !

  • Facteurs de coût pour les méthodes de sauvegarde classiques
  • Besoins propres à VMware pour la sauvegarde
  • Nouvelles technologies de sauvegarde répondant à ces besoins

Court résumé

Lorsque l’on considère VMware, le problème est réduit en raison des lois de la physique. VMware permet à une seule machine physique de prétendre être une douzaine de machines physiques. Cela semble une idée parfaite pour les applications ne nécessitant pas un niveau constamment élevé de ressources informatiques : les applications présentant des pics d’activité suivis de longues période de relative inactivité. De telles applications exercent rarement une quelconque pression sur le système de stockage pour toute période prolongée.


Par contre, les applications classiques de sauvegarde et de restauration sont totalement différentes. Ce rapport explique la manière dont elles créent une charge importante sur les ressources informatiques et de stockage du système en cours de sauvegarde. Combinez la charge en ressources des sauvegardes complètes et incrémentales d’une seule machine virtuelle avec celle de douzaines d’autres machines virtuelles sur le même serveur VMware et vous comprendrez pourquoi les applications classiques de sauvegarde sont fondamentalement incompatibles avec les serveurs virtualisés.


Facteur de coût: La nature des sauvegardes classiques dans les machines virtuelles développe le besoin de réduire le nombre de machines virtuelles pouvant être placées sur un serveur ESX donné, augmentant le nombre de licences serveurs ESX devant être sous licence.


L’utilisation des lecteurs de bandes lors de la sauvegarde des serveurs virtuels constitue un autre problème. Les lecteurs de bandes modernes sont des périphériques à haute vitesse vers lesquels les données doivent être envoyées à une vitesse beaucoup plus élevée que ne le permet un environnement VMware. Par exemple, un lecteur de bandes LTO-5 constitue le dernier exemple du lecteur de bandes le plus populaire des systèmes ouverts et sa vitesse minimale d’écriture des données sur bandes, de manière fiable, est de 40 à 80 Mo/s. Les machines virtuelles VMware ne sont pas capables de créer un flux de données aussi rapidement.


par W. Curtis Preston ("Mr. Backup")

Curtis Preston (« M. Sauvegarde »), rédacteur en chef et expert indépendant en matière de sauvegarde, se concentre particulièrement sur la sauvegarde et la restauration des données depuis plus de 17 ans. Il est aujourd’hui l’un des consultants, auteurs et conférenciers les plus prisés de ce marché. Il est difficile de trouver une personne avec autant de connaissances sur la restauration de données perdues.