Aujourd’hui, Veeam a organisé un webinar intitulé « Exécuter Exchange sur VMware ». L’accent était bien sûr mis sur la sauvegarde et de restauration d’Exchange après sa virtualisation. Alors que je me préparais pour le webinar (avec l’aide d’ Anton), j’ai pensé que l’information ferait aussi un bon billet de blog. Voici les principaux points concernant la sauvegarde et la restauration pour Exchange et comment Veeam Backup & Replication v5 les traite.
Du point de vue de Microsoft, il existe 3 règles essentielles de sauvegarde et de restauration pour les serveurs Exchange:

Afin d’être compatibles avec Exchange Server, les sauvegardes d’applications basées sur VSS doivent satisfaire trois exigences de base permettant d’assurer l’intégrité et la récupérabilité de clichés de sauvegarde instantanés. Si ces exigences ne sont pas satisfaites... Microsoft ne sera pas capable de dépanner les problèmes de sauvegarde et de restauration.

Règle 1: Exchange doit être sauvegardé exclusivement au moyen du writer VSS d’Exchange.

Règle 2: La sauvegarde ne doit pas être considérée comme fiable tant que l’application de sauvegarde n’a pas achevé le contrôle d’intégrité.

Règle 3: La restauration vers l’emplacement d’origine doit être faite exclusivement au moyen du writer VSS d’Exchange.

Règle 1: Sauvegarde via VSS

Veeam implémente une intégration propriétaire de Microsoft VSS au lieu d’utiliser des composants VMware d’intégration VSS.

  • Entièrement automatisé et transparent (pas d’agents à déployer/configurer/mettre à jour/superviser)
  • Directement pris en charge par Veeam et non par VMware (pas de doigt pointé)
  • Aucune limitation inhérente aux VSS des VMware tools : prise en charge des journaux de transactions, toutes version ESX (i) et Windows, disques dynamiques, disques IDE, VMs sans UUID, etc.

Pour plus d’informations:

Règle 2: Vérifier avant de faire confiance

Vérification des restaurations SureBackup

  • Grande flexibilité (prise en charge de scripts personnalisés)
  • Choix de la méthode de vérification suffisante pour vos besoins : exécution eseutil ou isinteg à distance sur VM de test (pas d’incidence sur la production), connexion à une boîte aux lettres de test via HTTPS et la requête de test par e-mail

Gardez la dépendance du contrôleur de domaine à l’esprit !

  • Exchange doit voir le contrôleur de domaine pour pouvoir démarrer correctement en environnement isolé. Les groupes d’applications SureBackup prennent soin de cela pour vous.

Règle 3: Restauration tenant compte de VSS

La restauration vers l’emplacement d’origine doit être faite exclusivement au moyen du writer VSS d’Exchange et dans la séquence correcte:

  • Démarrez la VM Exchange avec les banques boîtes aux lettres démontées
  • Ordonnez au writer VSS d’Exchange d’effectuer une restauration à partir du snapshot VSS
  • Montez les banques boîtes aux lettres

Veeam met en œuvre ces exigences de Microsoft

  • La plupart des fournisseurs de sauvegardes au niveau image ne le font pas. Ils démarrent la VM normalement, comme si Exchange n’était pas présent
  • Effectuez une restauration de test pour vérifier votre solution actuelle et recherchez ces événements sur le serveur Exchange restauré. S’ils n’existent pas, votre fournisseur ne respecte pas la règle 3:
Event Type: InformationEvent Source: MSExchangeIS

Event Category: Exchange VSS Writer

Event ID: 9620

User: N/A

Computer: ServerName.contoso.com

General: Exchange VSS Writer (instance GUID) has processed pre-restore events successfully.

Event Type: InformationEvent Source: MSExchangeIS

Event Category: Exchange VSS Writer

Event ID: 9618

User: N/A

Computer: ServerName.contoso.com

General: Exchange VSS Writer (instance GUID) has processed post-restore events successfully.

Journaux de transactions

Si les journaux de transactions ne sont pas purgés après la sauvegarde, ils s’accumulent jusqu’à occuper tout l’espace disque disponible. Le writer VSS d’Exchange comporte des fonctionnalités de nettoyage du journal de transactions, mais le VSS des VMware Tools n’est PAS une application de sauvegarde et ne peut savoir si la sauvegarde a été effectuée correctement. Ainsi, il n’est pas conçu pour traiter les journaux de transactions.

  • Toute application utilisant le VSS des VMware Tools au lieu d’une intégration VSS propriétaire ne tronquera pas les journaux.
  • Certaines solutions fournissent un nettoyage du journal des transactions, mais l’effectuent juste après le snapshot.

Cette approche est en fait pire que l’absence totale de nettoyage : si la sauvegarde ne s’achève pas correctement, vous n’aurez pas une bonne sauvegarde et vos journaux de transactions auront disparu. Vous ne serez pas en mesure d’effectuer la restauration en cas de sinistre.

Pour vérifier votre solution actuelle de niveau image, effectuez une sauvegarde de test (sur un serveur Exchange de test et non un serveur de production)

  • Effectuez une sauvegarde, attendez que le travail s’achève avec succès, assurez-vous que les journaux de transactions sont effectivement nettoyés.
  • Effectuez une autre sauvegarde, mais cette fois-ci, réinitialisez le serveur de sauvegarde alors que la tâche est en cours d’exécution (après démarrage de la copie du disque virtuel). Les journaux de transactions ne doivent PAS être nettoyés.

Par défaut, Veeam nettoie les journaux après achèvement correct de la sauvegarde et la v5 offre des options évoluées de traitement des journaux de transactions, comme il est possible de le voir sur cette capture d’écran:

image

Défis de la restauration granulaire

La restauration granulaire à partir d’une sauvegarde au niveau image était habituellement difficile. Il vous fallait restaurer la totalité d’Active Directory et des serveurs Exchange dans un environnement isolé avant de pouvoir restaurer un élément particulier. Ce processus consomme des ressources en temps et en personnel. Il existe quelques outils tiers qui montent le magasin de données Exchange, mais ils nécessitent l’extraction préalable des magasins de données (temps et espace disque) et un coût de licence supplémentaire y est associé (généralement par boîte aux lettres)

Des solutions à base d’agents conçues pour sauvegarder les données Exchange existent depuis des années, mais ce n’est pas le moyen le plus efficace pour sauvegarder Exchange dans un environnement virtuel. En outre, si vous combinez des techniques à base d’agent et à base d’image, vous sauvegardez deux fois les mêmes données, en consommant des ressources et du support de stockage supplémentaires.

Restauration granulaire avec vPower™

L’approche en instance de brevet de Veeam utilise pleinement l’infrastructure virtuelle existante. Les fonctionnalités de groupe d’applications et de laboratoire virtuel de Veeam créent automatiquement un environnement isolé, et avec vPower, il vous suffit de lancer directement les serveurs AD et Exchange à partir des fichiers de sauvegarde, sans aucune extraction.

L’assistant AIR (Application Item Recovery – restauration d’objets applicatifs) de Veeam utilise les API de Microsoft Exchange et se connecte à la fois à l’environnement de production et à l’environnement isolé pour vous permettre une restauration d’objets Exchange en quelques minutes, et non en quelques heures !

Pour plus d’informations

Informations Microsoft sur la sauvegarde et la restauration VSS Exchange 2003 http://support.microsoft.com/kb/822896

Informations Microsoft sur la sauvegarde et la restauration VSS Exchange 2007 http://technet.microsoft.com/en-us/library/dd233256(EXCHG.80).aspx

FAQ de la v5, section sur le traitement d’image prenant en charge les applications http://tinyurl.com/v5FAQ

GD Star Rating
loading...
Sauvegarde et restauration Microsoft Exchange, 5.0 out of 5 based on 2 ratings
Veeam Availability Suite — Télécharger gratuitement

Doug Hazelman (VMDoug)
Author: Doug Hazelman (VMDoug)

Doug Hazelman est le directeur principal de la stratégie produits pour Veeam Software. Doug se concerte avec les clients, partenaires et analystes de l’industrie sur les considérations clés de la mise en œuvre d’infrastructures de serveurs virtuels. Il collabore avec l’équipe de R & D... 

Publié: novembre 3, 2010