https://login.veeam.com/fr/oauth?client_id=nXojRrypJ8&redirect_uri=https%3A%2F%2Fwww.veeam.com%2Fservices%2Fauthentication%2Fredirect_url&response_type=code&scope=profile&state=eyJmaW5hbFJlZGlyZWN0TG9jYXRpb24iOiJodHRwczovL3d3dy52ZWVhbS5jb20vZnIvbmV3cy91bmUtZXR1ZGUtYXVwcmVzLWRlcy1kc2ktcmV2ZWxlLWxlLWJlc29pbi1kZS1jaGFuZ2VyLWRlLXN0cmF0ZWdpZS1kZS1wcm90ZWN0aW9uLmh0bWwiLCJoYXNoIjoiZmEwNWZkNjMtOWU5ZS00Yjk1LWE1MDYtY2JjNTM5OWE3ODg3In0
+33 (805) 080 476 | 08:00 - 18:00 CET
FR

UNE ÉTUDE AUPRÈS DES DSI REVÈLE LE BESOIN DE CHANGER DE STRATÉGIE DE PROTECTION DES DONNÉES AU SEIN DES ENTREPRISES

Le rapport 2011 de Veeam sur la protection des données en environnement virtuel donne de nouvelles perspectives sur la réplication de serveurs au sein des entreprises

Paris, le 13 décembre 2011 – Veeam Software, fournisseur de solutions innovantes pour la protection des données, plan de reprise d’activité, et l’administration des centres de données virtuels VMware annonce les résultats complets de son étude 2011 sur la protection des données des environnements virtuels, deuxième étude annuelle relative à l’impact de la virtualisation sur les stratégies de protection, sauvegarde et restauration des données. Selon une étude indépendante menée auprès de 500 directeurs informatiques, la virtualisation permet de transformer la protection des données. Dans cette perspective, un plus grand pas doit être franchi dans la réplication de serveurs ; notamment dans la mise en place de plan de reprise d’activité, domaine où les risques informatiques s’intensifient.

Résultats clés de l’étude :

  • 94% des DSI déclarent que la virtualisation peut transformer leurs stratégies de protection des données

  • Les trois principaux freins à la réplication de serveurs incluent le coût du matériel (pour 60 % des personnes interrogées), le coût des logiciels de réplication (52%) et la complexité (42%)

  • Les DSI des entreprises qui utilisent la réplication de serveurs estiment une économie d’environ 417 391 US $ par heure en cas d’incident

  • 87% des DSI déclarent que suite à un incident de grande envergure les temps de restauration augmentent particulièrement en fonction du nombre de serveurs critiques

« A l’heure où la virtualisation contribue à une meilleure optimisation des coûts de serveurs, on pourrait supposer que les freins à la réplication de serveurs tombent. Cependant, il n’en est rien, » commente Ratmir Timashev CEO de Veeam Software. « 80% des DSI déclarent qu’avec les solutions traditionnelles de réplication à base d’agents, la différence entre les machines physiques et virtuelles est minime lorsqu’il s’agit du volume réel de données qui peut être répliqué. De notre point de vue, le problème majeur révélé dans notre rapport 2010 subsiste en 2011 : les méthodes et pratiques du monde physique sont toujours appliquées à la virtualisation. Cela limite non seulement le véritable potentiel de cette technologie, mais également les efforts des entreprises pour améliorer leurs stratégies de protection des données. »

La réplication de serveurs, contrairement à la sauvegarde en général, est un processus de copie des données vers un matériel en production standard qui peut rapidement être opérationnel en cas d’incident. Les raisons majeures qui conduisent à la réplication de serveurs incluent : la protection contre la perte de données (85% des personnes interrogées), la protection contre les pannes de matériels (70%), la protection contre les erreurs humaines courantes (49%) et la protection contre les défaillances du data center (49%). Actuellement, 22% des entreprises n’ont pas cette approche. Cependant, les entreprises qui utilisent la réplication de serveurs ne protègent que 26% de leurs serveurs critiques en moyenne.

Les DSI estiment à 436 189 US$ par heure le coût des incidents relatifs aux 74% restants du parc de serveurs critiques non répliqués. Avec un temps de restauration de serveurs de 4 heures en moyenne, cela signifie que chaque incident majeur au niveau des données critiques coûte à une entreprise plus de 1,7 million de dollars.

Et Ratmir Timashev d’ajouter: « Le rapport révèle que d’importantes décisions sont prises autour de ce qui est considéré comme données réellement critiques. Alors que les entreprises génèrent de plus en plus de données et par conséquent s’exposent à de plus grands risques, ces décisions deviendront encore plus difficiles. En effet, l’étude dévoile que dans 79% des entreprises les outils actuellement utilisés pour les plans de reprise d’activité, élément crucial de la stratégie de protection des données des entreprises, deviendront moins efficaces. »

Des problématiques telles que celles-ci sont identifiées dans le deuxième rapport annuel de Veeam. Le rapport complet est disponible par téléchargement : www.veeam.com/survey.

A propos de l’étude Vanson Bourne, cabinet indépendant d’études de marché, a enquêté auprès de 500 DSI d’entreprises de plus de 1 000 employés aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France. Pour demander un exemplaire du rapport complet : www.veeam.com/survey.

A propos de Veeam Software Veeam Software développe des solutions innovantes d’administration et de protection des données des environnements VMware vSphere et Microsoft Hyper-V. Veeam Backup & Replication™ est la solution N°1 de sauvegarde des VMs. Veeam ONE™ permet en une solution unique de gérer en temps réel le monitoring, la planification des ressources, le suivi des changements, la documentation et les rapports sur l’administration des environnements vSphere. Veeam nworks permet aux entreprises d’étendre aux environnements VMware le monitoring de leurs infrastructures via Microsoft System Center et HP Operations Manager. Pour en savoir plus : www.veeam.com.

Contacts Veeam:

Liens internet de ce communiqué: